Les boissons 'light' augmenteraient le risque de diabète

09/02/13 à 07:51 - Mise à jour à 07:51

Contrairement aux idées reçues, le risque de diabète est plus élevé en cas de consommation de boissons "light" que de boissons sucrées "normales". C'est la conclusion d'une vaste étude menée en France auprès plus de 66.000 femmes.

Des études supplémentaires sur les effets des boissons "light" sont nécessaires pour corroborer ce résultat, précise toutefois sur son site internet l'Institut national français de la santé et de la recherche médicale (Inserm), qui a participé aux recherches.

S'il est établi que la consommation de boissons sucrées est associée à une augmentation du risque d'obésité et de diabète de type 2, l'effet des boissons "light" sur les maladies cardiométaboliques est moins bien connu, explique l'Inserm.

L'étude a été menée auprès de 66.118 Françaises qui ont été suivies pendant 14 ans. Les résultats montrent que les femmes qui privilégient les boissons "light" boivent davantage que celles qui consomment des boissons sucrées (2,8 verres/semaine contre 1,6 verre/semaine en moyenne).

D'autre part, à quantité égale, le risque de diabète est plus élevé en cas de consommation de boissons "light" que de boissons sucrées. Le risque de développer un diabète est de 15% supérieur pour une consommation de 0,5 L/semaine et de 59% supérieur pour 1,5 L/semaine, selon les résultats de l'étude.

L'aspartame, l'un des principaux édulcorants utilisés, induirait une augmentation de la glycémie et de ce fait une hausse du taux d'insuline, comparable à celle engendrée par le sucrose, avance l'Inserm parmi les hypothèses pouvant expliquer cette découverte.

Quelque 610.000 Belges adultes sont atteints de diabète, selon des chiffres de l'Association Belge du Diabète. Le diabète de type 2 représente 85 à 90 % des cas de diabète en Belgique.

Nos partenaires