La moitié des médicaments moins chers à partir du 1er avril

28/03/13 à 00:11 - Mise à jour à 00:11

A partir du lundi 1er avril, la moitié des médicaments verront leurs prix baisser, parfois jusqu'à 70%. C'est la conséquence directe d'une baisse générale de 1,95% décidée fin 2012 par le gouvernement sur proposition de la ministre de la Santé Laurette Onkelinx.

Les 2500 références qui voient leur prix baisser, parfois substantiellement, appartiennent à toutes les classes de médicaments : les traitements chroniques contre le diabète, le cholestérol, l'hypertension, l'asthme ou l'ostéoporose, mais aussi les vaccins, la pilule contraceptive et les antibiotiques.

Uniquement sur prescription

Attention, la mesure ne concerne que les médicaments délivrables sur prescription médicale, de sorte que la baisse de prix bénéficiera surtout à la sécurité sociale qui prend à sa charge une partie du prix de ces médicaments. Un gain qui se chiffre d'ores et déjà à 89 millions d'euros par an. Cette diminution de prix résulte d'une mesure prise fin 2012 dans le cadre du budget 2013. Il est apparu que le secteur pharmaceutique devait consentir un effort de 1,95 % de son chiffre d'affaires, soit précisément 89 millions d'euros.

Tous les médicaments ne verront pas leur prix diminuer dans la même mesure. D'une part, les firmes pharmaceutiques ont pu faire des propositions pour revoir leurs prix à la baisse, d'autre part, les autorités ont comparé les prix avec ceux pratiqués pour les mêmes médicaments (non génériques) vendus dans six pays proches de la Belgique. Résultat : certaines références seront vendues quelques centimes moins cher, d'autres avec une réduction jusqu'à 70 %.

Nom

Emballage

Prix antérieur

Patient

Patient BIM

Baisse du prix

Prix à dater du 1er avril

Patient

Patient BIM

CERVARIX,vaccin contre le cancer du col de l'utérus

0,5 ml

? 112,69

? 0,00

? 0,00

-39%

? 69,06

CELLCEPT, traitement contre le rejet des greffes

175 ml

? 95,75

? 10,00

? 10,80

-16%

? 80,46

? 0

? 0

CARBOPLATINE HOSPIRA, traitement contre le cancer

15 ml

? 76,10

? 10,02

? 10,02

-18%

? 62,58

? 0

? 0

LESCOL, anti-cholestérol

98 x 40 mg

? 37,06

? 15,40

? 12,16

-32%

? 25,09

? 6,88

? 4,09

ACICLOVIR EG, antiviral

35 x 800 mg

? 72,67

? 11,60

? 7,70

-70%

? 22,16

? 6,13

? 3,68

ATORVASTATINE SANDOZ, anti-cholestérol

98 x 40 mg

? 52,61

? 13,46

? 8,00

-47%

? 28,14

? 7,62

? 4,54

PARIET, antiacide

28 x 10 mg

? 22,23

? 12,36

? 9,60

-34%

? 14,77

? 7,17

? 7,17

XYZALL, antihistaminique

40 x 5 mg

? 13,07

? 7,71

? 7,71

-13%

? 11,37

? 6,16

? 6,16

CO-VALSARTAN EG, traitement de l'hypertension

98 x 12,5 mg + 80 mg

? 38,22

? 10,04

? 5,97

-27%

? 27,94

? 7,58

? 4,51

PLAVIX, anticoagulant

84 x 75 mg

? 56,49

? 14,39

? 8,54

-16%

? 47,41

? 12,21

? 7,25

L'économie pour le patient

Les antidouleurs, les pastilles pour la gorge, les vitamines, les pommades musculaires et autres médicaments en vente libre en pharmacie ne voient pas leur prix baisser.
Mais le ministère de la Santé publique se fait fort de répercuter les baisses de prix pour le patient, en sus des 89 millions qui iront dans les caisses de la sécurité sociale. On estime à 10 millions d'euros le gain total pour les patients. Mais le bénéfice engrangé directement à l'achat d'un médicament sur prescription sera très variable, ainsi qu'on l'a dit.

Pour les médicaments plus anciens, libres de droits et faisant l'objet d'une copie générique, le prix est déjà sensiblement diminué et le patient n'y verra que du feu.
Pour les médicaments toujours sous brevet, nombre de prix diminuent mais le patient ne remarquera rien le plus souvent. La quote-part que chaque consommateur est tenu d'acquitter est plafonnée à 9,3 ? pour ceux qui bénéficient d'un taux de préférence et à 14,10 ? pour ceux qui n'en bénéficient pas. La baisse de prix de ces médicaments ne bénéficie bien souvent qu'à la sécurité sociale.
Mais la plupart des patients atteints d'une affection chronique (diabète, excès de cholestérol, hypertension...) en ressentiront tout de même le bénéfice.

Avantages fiscaux maintenus

Concernant les baisses de prix imposées au secteur pharmaceutique, il est à noter que les avantages fiscaux sont maintenus pour les employeurs quant au versement du salaire des chercheurs dans le monde pharmaceutique. Un avantage non négligeable quand on sait que les chercheurs constituent environ 4.600 des 32.200 salariés de ce secteur.

Nos partenaires