Je ne suis plus le/la même...

01/12/11 à 00:00 - Mise à jour à 00:00

On pensait jusqu'ici que la personnalité humaine était définitivement fixée vers 20 ou 30 ans... mais c'est faux ! Une vaste étude allemande démontre en effet que, même plus tard dans la vie, le caractère peut encore fortement évoluer.

" Il y a deux ans, l'un de mes amis proches a perdu son emploi à cause de la crise ", raconte Hugo (57 ans). " Après avoir été complètement déboussolé pendant quelques mois, il a tout à coup commencé à changer très rapidement : lui qui était autrefois un véritable épicurien, croquant la vie à pleines dents sans trop se soucier des détails, est soudain devenu un maniaque de la précision. Si nous nous donnons rendez-vous à 9 heures pour aller faire du vélo, vous pouvez être sûr qu'il n'aura pas une minute de retard, il ne va plus au supermarché sans une liste de courses ultra-détaillée... et quand il cuisine, chaque ingrédient est soigneusement pesé, au gramme près. "

" Ma fille trouve que je suis devenue beaucoup plus chaleureuse depuis la naissance de mon premier petit-fils ", témoigne Eline (55 ans). " Et je crois qu'elle a raison. Autrefois, j'étais plutôt stressée et renfermée sur moi-même, pas du tout du genre à faire des câlins, mais la naissance du bébé m'a ouvert les yeux : on n'a qu'une famille et il faut la chérir. Aujourd'hui, lorsque je vois ma fille et mon beau-fils, je n'hésite pas à les serrer contre mon coeur... Et je ferais tout pour mon petit-fils ! "

Eternellement en devenir...

Voilà donc deux exemples de personnes dont le caractère s'est radicalement modifié après 50 ans. Est-ce réellement possible ? Notre tempérament n'est-il pas fixé une fois pour toutes ? Timide ou extraverti un jour, timide ou extraverti toujours ?

- La question de savoir comment notre personnalité se construit a déjà fait couler beaucoup d'encre, mais jusqu'ici, la conclusion a toujours été largement la même : le temps pour nous d'atteindre l'âge adulte (entre 20 et 30 ans environ), elle est plus ou moins définitivement fixée. Par contre, le monde scientifique est partagé entre ceux qui affirment que notre caractère est largement déterminé dès la naissance et dépend donc essentiellement de nos gènes, ceux qui postulent l'existence d'une période-clé (petite enfance, puberté...) et ceux qui pensent que c'est toute notre éducation, entre 3 et 16 ans environ, qui donne à notre tempérament sa forme définitive.

- Les recherches d'une équipe de scientifiques allemands, dirigée par la psychologue Julie Specht (université de Leipzig), viennent toutefois remettre en question ces idées jusqu'ici bien établies. Leur conclusion ? La personnalité humaine n'en finit jamais de se construire : lorsqu'un événement majeur vient bouleverser notre existence, notre caractère aussi peut changer du tout au tout.

15.000 cobayes

Des scientifiques de plusieurs universités allemandes ont prêté leur concours à cette étude, qui a suivi 15.000 sujets adultes de tous âges durant quatre ans.

Au début et à la fin de cette période, les investigateurs ont analysé le caractère de chaque participant, au travers de cinq caractéristiques majeures qui diffèrent d'un individu à l'autre : la stabilité émotionnelle (les émotions et la maîtrise de celles-ci), l'agréabilité (p.ex. la confiance vis-à-vis des autres), l'extraversion (la chaleur, l'empathie), l'ouverture aux nouvelles expériences et caractère consciencieux (p.ex. la fiabilité).

Les " cobayes " devaient également signaler, chaque année, les bouleversements majeurs survenus dans leur vie : mariage, divorce, décès dans la famille...

La conclusion est surprenante : la plupart des individus qui avaient été confrontés à un événement important dans leur vie personnelle avaient également vu leur personnalité se modifier de façon profonde et durable - et ce changement était souvent plus marqué chez les personnes de 50 ans et plus que chez les sujets plus jeunes.

Les vieux grognons

Mais quels sont donc ces événements suffisamment marquants pour transformer notre caractère ? D'après l'étude allemande, sept changements affectant la situation personnelle d'une personne ont un impact majeur à ce niveau ; il semble en outre que celui-ci puisse différer entre hommes et femmes.

  • Un mariage : il tend à rendre les personnes des deux sexes moins chaleureuses et moins ouvertes à de nouvelles expériences, mais aussi plus stables sur le plan émotionnel.
  • Un divorce : après une séparation, nombre d'hommes développent une personnalité plus ouverte, plus fantaisiste, tandis que les femmes deviennent plus fermées mais aussi plus fiables.
  • Un nouvel emploi : les épicuriens deviennent souvent plus soigneux, plus à cheval sur les principes.
  • Un licenciement : la nette diminution des revenus financiers nous rend plus précis, plus calculateurs et moins ouverts à l'extérieur.
  • Un départ à la retraite : dans bien des cas, nous avons tendance à nous lâcher, à devenir moins pointilleux mais aussi moins fiables.
  • La naissance d'un enfant ou petit-enfant : elle a souvent un impact positif sur notre affabilité et notre empathie. Notre personnalité devient plus chaleureuse, plus ouverte et notre famille devient un pôle plus important dans notre vie.
  • Décès du partenaire : là encore, il s'agit d'un événement qui peut fondamentalement transformer notre tempérament. L'étude a observé que, chez les veufs ou veuves relativement jeunes, les femmes avaient tendance à devenir moins soigneuses, tandis que les hommes gagnaient au contraire en méticulosité - peut-être parce qu'ils se retrouvent tout à coup à assumer seuls la charge du ménage. Un veuvage à un âge plus avancé peut, lui, aigrir brutalement la personne, souvent à la surprise de son entourage...

Nos partenaires