Hypertension : optimisez votre traitement

11/05/10 à 00:00 - Mise à jour à 00:00

Se savoir hypertendu et se soigner, c'est déjà " bien " ! Mais savez-vous à quel point une bonne hygiène de vie et l'observance rigoureuse d'un traitement médicamenteux ont une influence sur votre tension ? Conseils pour faire baisser la pression...

Contenu:

- Pas seulement traiter, mais normaliser !

- De nouvelles habitudes à prendre

- Des médicaments efficaces

La tension artérielle ? C'est la pression qu'exerce le sang sur nos artères. Trop élevée, elle indique un mauvais fonctionnement des artères : c'est l'hypertension. Discrète, car aucun symptôme ne permet de deviner son existence, elle est pourtant susceptible d'avoir de graves conséquences sur notre santé : risque cardiovasculaire augmenté (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral), insuffisance rénale, lésions oculaires...

Corriger quelques mauvaises habitudes et suivre son traitement permet toutefois de faire baisser les tensions trop élevées. " Intéressant, quand on sait qu'une baisse de 10 mmHg de la tension artérielle réduit de 30 % la survenue des accidents vasculaires cérébraux et de 20 % celle des événements coronaires comme l'infarctus du myocarde ", précise le Pr Philippe van de Borne, chef de clinique (Clinique d'hypertension artérielle) à l'hôpital Erasme, à Bruxelles.

Pas seulement traiter, mais normaliser !

Malgré l'absence de chiffres spécifiques à la Belgique, on peut néanmoins supposer qu'un adulte sur quatre serait hypertendu dans notre pays. " Cette prévalence augmente avec le vieillissement. En effet, on peut considérer que 75 % des patients de 75 ans sont hypertendus ".

Combien se soignent-ils ? Les chiffres sont impressionnants : " sur 100 hypertendus, on n'en connaît que 70. La moitié des hypertendus est traitée, pourtant seulement la moitié d'entre eux arrive à une tension réellement contrôlée. " Autrement dit, pour 100 adultes hypertendus, seuls 25 parviennent, grâce au traitement, à " normaliser " leur tension, c'est-à-dire la faire descendre en-dessous de 140/90 mmHg, valeurs recommandées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). " Et certains patients, s'ils souffrent d'insuffisance rénale ou de diabète, par exemple, devront descendre encore plus bas : à 130/80mmHg, voire moins ", ajoute le Pr van de Borne.

Trop d'hypertendus ignorent leur condition. " Après 45 ans, il faudrait avoir le réflexe de passer chez son généraliste pour vérifier sa pression artérielle, avant d'avoir un problème ". Première étape : déceler l'hypertension. Deuxième étape : mettre en place un traitement à vie, car l'hypertension ne se guérit pas.

Retour

De nouvelles habitudes à prendre

On les appelle les mesures hygiéno-diététiques... Ce nom un peu barbare désigne en fait quelques paramètres sur lesquels nous pouvons jouer pour faire baisser notre tension artérielle : poids, alimentation, habitudes de vie... " Beaucoup d'hypertensions pourraient être résolues grâce à ces seules mesures, explique le Pr van de Borne. Mais elles sont difficiles à instaurer. Pour la majorité des patients, on en arrive alors au traitement pharmacologique : la prise quotidienne d'un ou plusieurs médicaments anti-hypertenseurs. Mais il y a un message important à faire passer : les mesures hygiéno-diététiques restent importantes, même si vous prenez des médicaments anti-hypertenseurs. "

Réduire sa consommation de sel

Nous le savons, nous consommons trop de sel. Il y a celui que nous ajoutons nous-mêmes, mais aussi le sel "caché" dans de nombreux aliments : dans les viandes ou poissons fumés, charcuteries, pain, biscuits, plats cuisinés, sauces, conserves, fromages, mais aussi dans les confitures du commerce, viennoiseries, eaux minérales...

Un bon début : apprendre à se passer complètement de salière, que ce soit en cuisinant, ou à table. Si les aliments semblent d'abord un peu fades, sachez qu'on s'habitue peu à peu à ces nouvelles saveurs! Vous pouvez aussi utiliser épices et herbes pour relever vos plats.

" Passer de 12g/jour à 6g/jour de sel a la même efficacité que prendre un médicament anti-hypertenseur, explique le Pr van de Borne. Mais en pratique, ces 6g sont vite atteints. "

Perdre du poids

Perdre quelques kilos a également un effet positif. " Une perte de poids de 10 kilos équivaut aussi à faire baisser la tension de 10 mmHg, c'est-à-dire autant qu'un médicament anti-hypertenseur ! Pouvoir supprimer un médicament ? C'est motivant pour le patient. Mais il est difficile d'obtenir une réduction de poids durable. "

Comment mettre toutes les chances de son côté ? En privilégiant une perte de poids progressive. Sachez aussi que diminuer le nombre de calories est plus efficace qu'augmenter la dépense calorique. N'oublions pas que l'alcool apporte aussi des calories. " Et deux ou trois verres de vin ou de bière par jour font monter la tension, tout comme le café et le thé, au-delà de 6 tasses. "

Quant au chocolat, ses vertus d'hypotenseur, discutables, n'en font pas un médicament ! Ne vous consolez pas avec de la réglisse, qui, en bâtons ou en tisane, aurait un effet hypertenseur...

Bouger, mais doucement

Pas de surprise, le sport est... bénéfique pour les hypertendus ! " Il fait baisser la tension et favorise la perte de poids. Mais la tension augmente avec l'effort physique : en cas d'hypertension sévère, mieux vaut attendre de normaliser sa tension avant de se lancer dans un effort soutenu. On préférera les efforts " dynamiques ", où il y a un mouvement (vélo, marche, natation...) aux efforts statiques, pendant lesquels on contracte les muscles sans bouger (fitness), ou violents (squash). " Le bon rythme ? Au moins trois fois 30 minutes par semaine, pour avoir un effet réel sur la pression artérielle.

Un mode de vie

Si l'hypertension est un facteur de risque cardiovasculaire, il n'est pas le seul. L'étude américaine de Framingham a clairement montré que la coexistence de plusieurs facteurs de risque (hypertension, hypercholestérolémie, diabète, tabagisme...) chez un même patient augmentait ce risque de façon considérable. Pour un hypertendu, surveiller son alimentation et arrêter de fumer est donc une question de bon sens...

Retour

Des médicaments efficaces

L'objectif des médicaments anti-hypertenseurs est de normaliser la pression. La plupart ont une efficacité d'environ 24 heures. " Dès l'arrêt du traitement, la pression artérielle remonte inéluctablement. Il est donc essentiel de prendre chaque jour son traitement, avec régularité. Pour beaucoup de patients, cette compliance n'est pas évidente : pourquoi prendre un médicament, alors que l'hypertension est asymptomatique, et que certains médicaments ont parfois des effets secondaires (maux de tête, diarrhée, toux, fatigue...) ? Ceux-ci sont en général légers, mais s'ils deviennent trop importants, le médecin peut changer de classe médicamenteuse. "

Il existe en effet cinq classes d'anti-hypertenseurs, aux mécanismes d'action différents. " Ainsi, pour une meilleure efficacité, 60 % des patients ont besoin de deux composants actifs différents, éventuellement contenus dans un seul comprimé, pour normaliser leur pression artérielle. Ils vont souvent se potentialiser l'un l'autre. Parfois, il faut trois ou quatre anti-hypertenseurs. "

Pas évident non plus de prendre un traitement pendant des années. " Beaucoup de patients pensent que lorsqu'ils prennent leur traitement depuis longtemps, il n'agit plus. C'est faux ! Oui, leur tension remonte, mais c'est l'effet du vieillissement, qui induit naturellement une élévation de la tension artérielle. Le traitement est toujours efficace. "

Le traitement doit également être stable et constant au cours du temps. " La pression artérielle fluctue sur une journée. Et les anti-hypertenseurs agissent progressivement : il faut 4 à 6 semaines pour qu'ils aient un effet maximum. Il ne faut en aucun cas adapter son traitement à la tension du moment, mais prendre en compte les chiffres moyens de la tension sur 24 heures. "

Contraignant, ce traitement ? " Un peu, mais ses bénéfices sont clairement démontrés : il est efficace dans la prévention des risques cardiovasculaires. Et mieux vaut prévenir que guérir ! "

Retour

Nos partenaires