Dormir plus réduit le risque de développer un diabète de type 2

26/05/15 à 13:22 - Mise à jour à 13:22

Des scientifiques belges ont établi qu'une durée de sommeil augmentée avait des effets bénéfiques sur la sensibilité à l'insuline et réduisait par conséquent le risque de développer un diabète de type 2.

Dormir plus réduit le risque de développer un diabète de type 2

Rachel Leproult, chercheuse à la Faculté des Sciences Psychologiques et de l'Education, Center for Research in Cognition & Neurosciences ULB Neuroscience Institute, et son équipe ont fait appel, pour les besoins de leur étude, à seize adultes en bonne santé, mais qui souffraient d'un manque de sommeil par rapport à leurs besoins. Ils dormaient systématiquement au moins une heure de plus le week-end pour compenser le déficit accumulé pendant la semaine. Au cours des deux premières semaines de l'étude, les participants ont maintenu leurs habitudes de sommeil, soit en moyenne 6h de sommeil en semaine et plus de 7h de sommeil le week-end. Leur sensibilité à l'insuline a par ailleurs été mesurée. Ils ont ensuite essayé d'augmenter leur temps de sommeil d'environ une heure par nuit pendant six semaines consécutives. Globalement, ces adultes ont réussi à dormir 45 minutes de plus par nuit pendant la semaine.

Une bonne nuit de sommeil ...

Les résultats, publiés dans la revue américaine Sleep, ont montré que les participants qui ont le mieux réussi à accroître leur durée de sommeil sont également ceux chez qui la sensibilité à l'insuline s'est le plus améliorée. Ainsi, cette étude met en avant que les adultes en manque de sommeil dû à un style de vie inapproprié bénéficiaient des effets positifs d'une augmentation du temps de sommeil, même modérée, sur le métabolisme glucidique, c'est-à-dire la sensibilité à l'insuline et le risque de diabète de type 2.

... n'est plus à négliger

Il est généralement conseillé aux patients pré-diabétiques de perdre du poids tout en augmentant leurs activités physiques, mais il ne leur a jamais été recommandé de s'attarder à la qualité de leur sommeil. Les résultats de cette étude démontrent dès lors l'importance d'une évaluation systématique du sommeil dans cette pathologie très répandue au sein de la population.

Nos partenaires