Des cellules cancéreuses mortes utilisées comme vaccin anti-cancer

07/04/16 à 17:06 - Mise à jour à 17:05

Un mécanisme de mort cellulaire récemment découvert pourrait permettre de développer un vaccin puissant pour stimuler le système immunitaire, empêchant de la sorte la croissance de tumeurs cancéreuses. C'est ce qu'ont avancé le Pr Peter Vandenabeele (VIB/Ugent) et son équipe.

Des cellules cancéreuses mortes utilisées comme vaccin anti-cancer

© iStock

"Nous avons étudié les mécanismes moléculaires de plusieurs formes de mort cellulaire (...). Des recherches récentes avaient déjà montré que la mort cellulaire joue un rôle très important dans le cancer et d'autres maladies", explique le Pr Peter Vandenabeele (VIB-Institut flamand de biotechnologie/UGent-Université de Gand).

Chaque jour, des millions de cellules naissent et meurent dans notre organisme. C'est ce qu'on appelle le renouvellement cellulaire. Les cellules mourantes sont éliminées par les cellules immunitaires, sans provoquer de réaction inflammatoire. Pouvoir éliminer les cellules cancéreuses en provoquant la mort cellulaire est l'un des objectifs les plus audacieux de la thérapie anti-cancéreuse car celle-ci permettrait de réduire la masse tumorale. Au cours des dix dernières années, des traitements contre le cancer ont été mis au point, engendrant la mort des cellules cancéreuses et une réponse immunitaire de l'organisme du patient, un phénomène qualifié de mort cellulaire immunogène.

"La particularité de la mort cellulaire immunogène est l'activation du système immunitaire afin de détruire des cellules cancéreuses très spécifiques. Lors de la nécroptose, les cellules cancéreuses mortes donnent des instructions au système immunitaire pour détecter les cellules cancéreuses encore en vie et les éliminer", explique le Dr Dmitri V. Krysko (VIB/UGent).

La nécroptose, nouvel objectif de la thérapie anti-cancéreuse

Jusqu'à présent, seule la mort cellulaire immunogène était connue comme étant une mort cellulaire programmée déclenchée par certains médicaments anti-cancéreux. L'équipe du Pr Vandenabeele a montré qu'un nouveau type de mort cellulaire, appelée nécroptose, était également immunogène.

"Nous avons mis au point un système qui déclenche une nécroptose au sein des cellules cancéreuses. Pour les besoins de notre étude, nous avons administré à des souris atteintes d'un cancer les cellules cancéreuses mortes comme vaccin anti tumoral. Nous avons constaté un effet clairement protecteur. Nous allons maintenant étudier cette découverte dans des modèles tumoraux plus pertinents afin de développer des stratégies pour rendre le vaccin encore plus efficace".

Les résultats de ces travaux ont été publiés le 31 mars 2016 dans Cell Reports.

Nos partenaires