Des caries soignées sans roulette ?

03/07/14 à 15:01 - Mise à jour à 15:01

Des chercheurs britanniques mettent au point une nouvelle manière de soigner les caries. En favorisant la reminéralisation de la dent malade, il devrait être possible d'éviter l'utilisation de la roulette de dentiste et du " plombage ".

Des caries soignées sans roulette ?

© Getty Images/iStockphoto

Actuellement, pour soigner une carie, les dentistes doivent procéder en deux grandes étapes. Pour certains patients, la première reste traumatisante : il faut enlever les tissus de la dent lésés et ramollis par la carie au moyen d'une roulette de dentiste, aussi appelée fraise. Une fois la dent expurgée de ces matières infectées, le dentiste rempli la cavité ainsi créée avec un matériau biocompatible.

Bien que le terme " plombage " soit encore employé aujourd'hui, la plupart des dentistes n'utilisent plus l'amalgame dentaire d'autrefois - chargé de mercure et laissant une vilaine tache aux reflets métalliques. Ils lui préfèrent des composites de couleur blanche, qui ont l'avantage d'être plus discrets et de durcir beaucoup plus rapidement.

Reste que ces composites, tout comme le plombage d'autrefois, ont une fâcheuse tendance à s'éroder davantage que le reste de la dent. Après un certain nombre d'années, il faut donc souvent reboucher à nouveau la cavité.

Partant de ce constat, l'institut dentaire du King's College met au point une nouvelle technique de soin des caries. Baptisée EAER (pour Electrally Accelerated and Enhanced Remineralisation), elle vise à faire en sorte que la dent se répare de manière naturelle, sans avoir recours à un matériau artificiel. Concrètement, le dentiste n'aurait qu'à faire quelques gestes techniques sur l'émail endommagé avant de favoriser le dépôt de calcium et de phosphate dans la zone abîmée, au moyen d'un courant électrique faible. Au final, la dent se recalcifierait d'elle-même et se réparerait donc " toute seule ". Le processus se ferait sans aucune douleur - le courant électrique ne serait même pas perceptible par le patient.

Le King's College cherche maintenant des partenaires privés pour affiner cette méthode. Dans le meilleur des cas, elle pourrait être employée d'ici quelques années. Le temps de pouvoir encore perdre l'un ou l'autre plombage...

Plus d'informations sur http://www.kcl.ac.uk/newsevents/news/newsrecords/2014/June/Kings-spin-out-will-put-tooth-decay-in-a-time-warp.aspx

Nos partenaires