Comment notre corps réagit au froid

15/12/17 à 14:44 - Mise à jour à 17:23

Frissonner et trembler de froid, nous le faisons tous. Ces tremblements ont-ils en réalité une fonction ? Et quand risquons-nous l'hypothermie ?

Comment notre corps réagit au froid

© Getty Images/iStockphoto

Frissons et tremblements

Quand nous avons froid, nous tremblons pour nous réchauffer. Le tremblement se produit du fait que les muscles - en dehors de notre volonté - entrent en action. Et ce faisant, ils produisent de la chaleur. Par des tremblements intenses, le corps est capable de produire jusqu'à quatre fois plus de chaleur qu'au repos. Mais en général, vous n'attendez pas d'être réchauffé par le tremblement et dès les premiers frissons, vous enfilez un vêtement chaud.

S'il le faut, une personne en bonne santé est capable de produire des tremblements et de la chaleur pendant des heures. Mais à un certain moment, l'énergie nécessaire au mouvement s'épuise : le tremblement prend fin. Ensuite, le corps se refroidit subitement beaucoup plus fort que pendant les tremblements.

Les personnes qui ont bu de l'alcool tremblent moins car l'alcool freine le tremblement. Les personnes malades ou affaiblies tremblent également moins vigoureusement. Elles se refroidissent par conséquent plus vite et courent davantage de risque si on n'intervient pas à temps.

Hypothermie

On parle d'hypothermie quand la température de notre corps descend sous 35°C Si la température passe sous 30°C, il y a danger de mort car le coeur va se mettre à battre très rapidement et irrégulièrement (en fibrillation). On peut atteindre l'hypothermie en quelques heures sous la pluie ou dans l'eau froide. Nager dans de l'eau froide peut s'avérer très difficile après quelques minutes déjà, avec risque de noyade. Mais même en cas d'hypothermie sérieuse, la victime peut encore se rétablir entièrement.

Dans le froid 'sec', on se refroidit beaucoup plus lentement que par temps humide. L'hypothermie se produit curieusement presque aussi souvent en été qu'en hiver. Parce que l'on se refroidit plus rapidement quand on est mouillé. L'eau conduit la chaleur corporelle 25 fois mieux que l'air. Nous sous-estimons manifestement souvent la vitesse à laquelle nous nous refroidissons lors de sports nautiques ou quand nous sommes trempés par la pluie.

Gel

Lorsqu'il gèle intensément et que le vent souffle ardemment, une peau non couverte peut geler en quelques minutes. Le vent accélère le refroidissement. L'effet du froid et du vent combinés s'appelle 'refroidissement éolien' (wind chill) aussi appelé facteur vent. Dès que les bulletins météorologiques mettent en garde contre des températures très basses combinées au vent, il est très important de bien couvrir la peau.

Et n'oubliez pas les yeux : protégez-les avec des lunettes. On ne ressent pas le gel. Mieux vaut examiner la couleur de la peau. Si elle devient blanche, cela indique qu'elle commence à geler.

Davantage de décès par le froid

Davantage de personnes décèdent par temps froids que lorsqu'il fait 17°C, la température diurne à laquelle le moins de personnes décèdent. A -5°C, la mortalité est environ 10% plus élevée que la moyenne. Les décès par le froid n'interviennent pas immédiatement. Le pic de mortalité n'arrive qu'après quelques jours. En cas de froid intense, les cas de mort suite à des maladies cardio-vasculaires et pulmonaires, en particulier, augmentent.

En savoir plus sur:

Nos partenaires