Cancer de la peau: comment identifier les mélanomes potentiels

04/04/18 à 12:03 - Mise à jour à 12:02

Le réseau de dermatologues européens Euromelanoma organisera du 14 au 18 mai prochains sa semaine de prévention annuelle en vue de sensibiliser le public aux cancers de la peau. Quelque 37.000 nouveaux cas de cancers de la peau sont diagnostiqués chaque année en Belgique. Une étude européenne démontre par ailleurs que le nombre de tumeurs malignes de la peau continuera d'augmenter de 5 à 9% par an dans le royaume.

Cancer de la peau: comment identifier les mélanomes potentiels

© Getty Images/iStockphoto

Avec plus de 30.000 nouveaux cas recensés par an, contre 67.000 autres cancers diagnostiqués sur un même laps de temps, le cancer de la peau affiche la progression la plus rapide et est donc la forme de cancer la plus courante en Belgique.

"La Belgique a un problème avec le cancer de la peau"

Selon une étude de la Fondation Registre du Cancer, réalisée sous forme d'extrapolation pour la période 2014-2025, le nombre de nouveaux mélanomes malins passera dans le royaume de 2.925 à 4.356 sur cette même période (+49%). "Nous pouvons affirmer que la Belgique a un problème avec le cancer de la peau", d'autant plus "quand on sait qu'une part des patients diagnostiqués développeront deux cancers de la peau ou plus", indique Thomas Maselis, dermatologue et président d'Euromelanoma Belgique. Après un premier mélanome, le risque est en effet 12 à 15 fois plus élevé d'en développer un deuxième.

Face à cette problématique, Euromelanoma organisera prochainement sa 20e campagne de sensibilisation, sous le slogan "La Belgique a un problème avec le cancer de la peau". Lancée en 1999 par des six dermatologues belges, l'initiative s'est depuis étendue à 33 pays à travers le monde. Concrètement, durant cette semaine de prévention annuelle (du 14 au 18 mai), le public sera ainsi invité à se rendre chez les dermatologues participants pour un dépistage gratuit.

Plusieurs types de cancer de la peau

La grande majorité des tumeurs malignes appartient au groupe moins dangereux des non-mélanomes. Le plus commun est le carcinome basocellulaire. Le second est le carcinome spinnocellulaire, qui est typique des personnes qui ont été exposées de façon chronique au soleil, comme celles et ceux qui travaillent à l'extérieur. Cela apparait souvent sur le visage ou le cuir chevelu. Les deux types se manifestent généralement après des décennies. Les plus de 60 ans devraient en être particulièrement conscients étant donné que l'âge moyen pour les cellules basales est de 66 ans, et de 76 ans pour le carcinome spinnocellulaire. L'exposition au soleil, mais également l'âge, ont une influence sur le risque. La probabilité d'un carcinome basocellulaire augmente de 12% par an.

Le plus restreint, mais de loin le pire, groupe de cancers de la peau concerne les mélanomes. Ils affectent les personnes de tous âges, en particulier les jeunes femmes qui aiment s'adonner aux joies du bronzage. Les mélanomes envahissent rapidement à d'autres organes et parties du corps. Cela explique leur dangerosité et pourquoi ils doivent être traités rapidement, avant que de minces lésions ne prennent de l'ampleur.

ABCDE : apprendre à identifier les mélanomes potentiels

Les mélanomes peuvent être reconnus sur base de la règle ABCDE. A se réfère à leur forme Asymétrique ; B aux Bords irréguliers ou flous ; C aux différentes Couleurs de la tache en question ; D au Diamètre supérieur à 6mm ; E à l'Evolution ou aux changements dans sa taille, sa forme ou sa pigmentation. Tous les nævi (grains de beauté) devraient se ressembler chez une même personne (même forme, mêmes couleurs). Si une nouvelle lésion apparaît qui est différente des autres, c'est suspect, précise le site Euromelanoma.

"Alors qu'il y a 15 ans, environ 1 patient sur 25 me demandait de contrôler des taches suspectes sur sa peau, nous en sommes aujourd'hui à 1 patient sur 3", souligne Thomas Maselis. "Les campagnes de prévention permettent (...) de détecter bien plus de mélanomes à un stade précoce. D'un côté, on voit le nombre de mélanomes augmenter fortement dans notre pays, mais d'un autre côté, le nombre de décès n'est pas proportionnel."

La campagne Euromelanoma aura lieu du 14 au 18 mai. Vous pouvez vous inscrire pour une dépistage gratuit via www.euromelanoma.org

Kari Van Hoorik et Olivia Lepropre, avec Belga

Nos partenaires