A l'attaque ... aux tiques !

24/04/15 à 08:00 - Mise à jour à 08:00

Avec le retour des beaux jours, on retrouve le plaisir des grandes promenades en forêt, des pique-niques en plein air ainsi que l'envie de profiter des rayons du soleil. Mais gare au danger sournois que représentent les tiques !

A l'attaque ... aux tiques !

L'être humain est principalement 'attaqué' par la tique du mouton. Cet acarien parasite se nourrit du sang des vertébrés et de l'homme. Ses pattes se terminent par une ventouse et des griffes, lui permettant de s'accrocher à n'importe quel support : brin d'herbe, peau, poil, etc. Son corps plat lui assure en outre de passer quasiment inaperçu. La tique ne quittera son hôte que lorsqu'elle sera gorgée de sang. Elle se laissera alors tomber.

La tactique de la tique

A l'automne, les oeufs - entre un millier et deux mille - sont déposés au sol pour se transformer en larves. Ces dernières ressemblent aux adultes, à la différence qu'elles ne possèdent que trois paires de pattes au lieu de quatre. Au stade adulte, la tique ne pense qu'à s'accoupler. Après la reproduction, la femelle part immédiatement à la recherche d'un hôte pour un repas sanguin. Celui-ci est indispensable à la production des milliers d'oeufs. Les mâles sont donc moins dangereux que les femelles puisqu'ils n'ont aucun besoin de sucer du sang.

La maladie de Lyme

La quantité de sang absorbée par la tique est assez faible et la succion est indolore. Les démangeaisons sont également moindres que celles provoquées par une piqûre de moustique. Les tiques sont toutefois souvent porteuses de la bactérie Borrelia, responsable de la maladie de Lyme, qui attaque notamment le système nerveux, le coeur et les articulations.Les tiques sont infectées par la bactérie lorsqu'elles se nourrissent d'un animal contaminé. Les conséquences de la maladie peuvent être très handicapantes pour une vie normale en société. Une tique pouvant vivre deux à trois ans, elle est encore capable à ce stade de transmettre la maladie. En revanche, les oeufs ne sont pas porteurs de la bactérie, mais ils peuvent être infectés lors de leur transformation en larve au moment de leur premier repas sanguin. Si cette larve s'accroche à un corps humain, l'homme sera alors contaminé à son tour. Plus une tique suce longtemps le sang de son hôte, plus le risque de contamination est élevé. Il est donc très important de s'inspecter entièrement après une balade dans la nature. Si vous constatez qu'une tique est accrochée à un de vos membres, enlevez-la délicatement avec une pince spéciale et notez la date et l'endroit de la piqûre. Si, après plusieurs semaines, une éruption cutanée circulaire apparaît (érythème migrant) et grandit, vous avez peut-être été contaminé. Il s'agit en effet d'un des premiers symptômes. Consultez immédiatement un médecin. Sachez toutefois que cet érythème ne se déclare pas systématiquement, même en cas de contamination. Dans ce cas, surveillez les éventuels symptômes grippaux qui représentent également un signe. En cas de doute, consultez sans tarder.

Mieux vaut prévenir que guérir

Pour éviter d'être contaminé, le mieux est encore de ne pas fréquenter les endroits où pullulent les tiques. Sachez toutefois qu'elles ne colonisent pas les arbres et que, par conséquent, elles n'en tombent pas ! Les zones à risque sont les hautes herbes d'environ 1m50. En restant sur les sentiers et en évitant de courir dans les herbes folles, vous vous épargnez déjà grandement. Lors d'un pique-nique, ne vous asseyez pas directement sur le sol, mais prévoyez une couverture. Portez également un pantalon et des manches longues ainsi que des hautes chaussettes passées au-dessus du pantalon. Votre look ne sera peut-être pas des plus sexy, mais au moins, vous éviterez de vous faire piquer !


Nos partenaires