Les Belges ont beaucoup d'amis virtuels

04/01/12 à 00:00 - Mise à jour à 00:00

Sur les réseaux sociaux, les Belges comptent généralement davantage de contacts virtuels que la moyenne européenne.

Ces données proviennent d'une enquête mondiale réalisée par l'IAB (Interactive Advertising Bureau) et InSites. Au niveau mondial, plus de 9000 internautes ont été interrogés et, parmi eux 1280 en Belgique. Mais l'étude va plus loin en s'intéressant à la motivation sous-jacente à l'utilisation des médias sociaux.

Pourquoi les réseaux sociaux ?

Il est clair que les sites de réseaux sociaux font désormais partie intégrante de notre vie. Mais pourquoi avons-nous réellement des réseaux en ligne ?

Elias Veris, consultant en recherche à InSites Consulting : "Nous sommes d'abord en ligne afin de nous connecter à nos contacts hors ligne. Amis actuels, mais aussi copains de classe, collègues de travail... Bien sûr, il y a un peu de voyeurisme dans tout cela."

Parmi les personnes sondées en Belgique, plus de deux sur trois (68%) se connectent à des sites de réseaux sociaux pour être en contact avec des amis, des voisins, des anciens camarades de classe, etc. 59% ajoutent aussi à leur réseau en ligne des (ex- )collègues. Des contacts mutuels semblent très importants. Pour 45% des gens, un "manque de contact" constitue la principale raison principale pour retirer quelqu'un de la liste de ses "amis". Le top 3 est complété par "Je ne veux pas que l'on voit encore mon profil ou mes mises à jour de statut" (44% ) et "Nous ne sommes plus amis" (39%). 11% des répondants ont déjà rayé des contacts de leur liste d'amis en raison de commentaires politiquement incorrects.

Patrick Marck, directeur général de l'IAB Belgique: "Pour les annonceurs, ce marché offre un important potentiel. Surtout parce que les utilisateurs sont eux-mêmes demandeurs d'informations quant à des marques et des produits via les sites de réseaux sociaux. 82% des utilisateurs de Facebook et 88% des ceux de Netlog utilisent ces réseaux pour en apprendre davantage sur de (nouveaux) produits et marques. Sur Twitter, c'est le cas de 66% des utilisateurs. Étonnamment, ceci ne concerne que 30% des adeptes du réseau professionnel LinkedIn."

Quel avenir pour les réseaux sociaux ?

L'enquête dévoile plusieurs tendances quant à notre utilisation future des médias sociaux. C'est ainsi que Twitter et LinkedIn voient leur évolution soutenue par les répondants, qui indiquent prévoir faire plus ample usage de ces réseaux - respectivement 32% et 30% - dans les années à venir. 1 personne sondée sur 5 (20%) déclare qu'elle sera encore plus active sur le leader du marché, Facebook.

Les médias sociaux sont omniprésents dans nos vies

L'étude confirme également que les sites de réseaux sociaux comme Twitter, Facebook, LinkedIn et Netlog sont devenus partie intégrante de notre existence. Presque tous les utilisateurs d'Internet belges (98%) peuvent nommer au moins un de ces sites et presque deux Belges sur trois (64%) sont membres d'au moins un site de réseau social.

L'utilisateur belge moyen est membre de 1,6 site de réseaux sociaux. Le taux des utilisateurs d'autres pays européens est de 1,9 site. Mais notre pays est occupé à rattraper son retard sur le reste de l'Europe où une moyenne de 73% des personnes interrogées est membre d'au moins un site de réseau social (contre 64% en Belgique).

Facebook: indéniablement numéro 1 en Belgique

En Belgique, Facebook est de loin le site de réseau social le plus connu: pas moins de 97% des internautes connaissent Facebook. En deuxième place se trouve Twitter (80%), suivi de près par le site belge Netlog (73%). Le tableau change si l'on regarde le nombre de membres. Facebook reste le net leader avec 59% des internautes belges qui y possèdent un profil. Loin derrière cet incontestable numéro un, on retrouve un peloton emmené par le réseau professionnel LinkedIn (12%) et Netlog (12%).

Le succès de Facebook est confirmé par le fait que 59% des membres se connectent au moins une fois par jour. 62% des personnes expliquent qu'elles restent connectées plus de 10 minutes par session.

Nos partenaires