Un regard personnel sur les Tueurs du Brabant

01/07/15 à 09:51 - Mise à jour à 09:51

Le Musée de la Photographie d'Anvers accueille tout l'été et jusqu'à l'automne prochain une exposition sur les Tueurs du Brabant. " Belgian Autumn. A Confabulated History " est l'oeuvre du photographe belge Jan Rosseel. Il a lui-même vécu les attentats sanglants de l'intérieur. Rétrospective.

Un regard personnel sur les Tueurs du Brabant

Entre 1982 et 1985, la Belgique vit un cauchemar collectif. Les tueurs du Brabant commettent une série d'attaques, principalement sur des supermarchés et font preuve d'une violence inédite. Vingt-huit personnes mourront dans ces attentats visant principalement des supermarchés Delhaize et 40 autres seront blessées. En 1985, Jan Rosseel a six ans lorque son père est tué au cours d'une des fusillades sanglantes alors qu'il faisait ses courses, un vendredi soir, au Delhaize de Braine l'Alleud. Les auteurs n'ont jamais été identifiés. Les tueurs du Brabant resteront l'un des plus grands mystères de l'histoire de la Belgique.

Confabulation

Des années durant, le photographe s'est plongé dans les documents d'enquête, dans les preuves judiciaires et les interrogatoires. " Mon travail n'est pas une thérapie ", avoue-t-il lors du vernissage de l'exposition. " Je ne me souviens pas vraiment du jour où mon père a été tué. On n'en a jamais beaucoup parlé à la maison. Je ne regarde pas les faits de manière nécessairement émotionnelle, mais plutôt avec la distance nécessaire. Dans cette exposition, un thème est extrêmement important pour moi et il traite de la fiabilité de nos souvenirs. Quels sont nos souvenirs réels, qu'avons-nous vu, par exemple sur des photos et quels sont les trous que nous avons nous-mêmes comblés ? En psychologie, le terme 'confabulation' explique cette façon de boucher les trous dans notre propre mémoire ", explique-t-il encore. Il a lui-même 'inventé' sa propre interprétation des faits survenus.Il associe des éléments de preuve émanant des archives de la police à des photos d'endroits cruciaux et à des personnages fictifs. En ce sens, Belgian Autumn n'est pas une reconstruction des faits.Jan Rosseel éprouve-t-il encore de la colère plus de 30 ans après les faits ?" Je vois les choses ainsi : les criminels ont fait leur travail, le gouvernement n'a pas fait le sien ", répond-il laconiquement.


Jan Rosseel. Belgian Autumn. A Confabulated History.A voir jusqu'au 4/10 au Musée de la Photo d'Anvers, Waalse Kaai 47, Antwerpen. www.fotomuseum.be

Nos partenaires