Les hôtels ne braderont pas leurs prix suite aux attentats

11/05/16 à 13:57 - Mise à jour à 13:56

Le secteur touristique en Flandre et à Bruxelles a beaucoup souffert des attentats du 22 mars dernier. Les réservations dans les hôtels et les visites sur les différents sites ont baissé de près de 50%. Une nouvelle campagne va voir le jour pour attirer à nouveau les visiteurs. Mais les hôtels restent frileux quant aux réductions.

Les hôtels ne braderont pas leurs prix suite aux attentats

© Getty Images/iStockphoto

Une campagne de bienvenue va débuter en juin afin de convaincre les touristes de revenir dans notre pays. Le concept : "Share our smile" (Partagez notre sourire). "Nous ne voulons pas d'une campagne de sympathie, mais plutôt jouer sur nos atouts de manière positive ", explique Ben Weyts, ministre flamand du Tourisme. Faire baisser les prix ne serait pas plus efficace ? "Non. Nous n'allons pas brader ni faire d'énormes réductions, car nous avons de la qualité. De plus, cela amènerait un public éphémère, qui risque de ne pas revenir." Il existe cependant des prix avantageux pour les trajets en train avec les pays voisins, puisque l'aéroport n'est toujours pas à 100% opérationnel.

Gilles Devos, directeur des ventes au prestigieux hôtel The Dominican, est satisfait de cette campagne. "Je pense que nous devons rester positifs et mettre l'accent sur notre hospitalité. La perte après les attentats a été colossale. Nous avons tous reçu comme un coup de poing après les attentats de Paris. Nous nous en remettions à peine que le 22 mars est arrivé. Chez nous, plus de 50% des réservations ont été annulées." Une telle campagne va-t-elle être suffisante ? "J'ai confiance dans le pouvoir de cette campagne. Je pense qu'avoir une image forte est important vis-à-vis des pays étrangers. "

Nos partenaires