La Gaume, entre tradition et modernité

18/07/16 à 09:48 - Mise à jour à 09:47

On la compare à la Toscane, mais la Gaume, ce n'est pas que des petits villages typiques et un micro-climat des plus agréables. Ce sont aussi des promenades inattendues et des traditions bien ancrées.

La Gaume, entre tradition et modernité

© soleildegaume.be

Ce n'est pas une légende : à l'extrême sud de la Belgique, le thermomètre affiche quelques degrés de plus qu'ailleurs et les averses ne s'attardent jamais. Idéalement située derrière les hauteurs ardennaises, la Gaume conserve ainsi de douces températures qui se maintiennent grâce au sol calcaire. Ses paysages font indéniablement penser à la Toscane, avec ses maisons aux façades colorées, ses légers dénivelés et ses paysages aux dégradés verdoyants. Le sud brille aussi dans le coeur des Gaumais, bien plus spontanés que leurs voisins ardennais ou arlonais.

Virton, la capitale de la Gaume, constitue le point de départ idéal pour les balades à pied ou à vélo. Nous avons opté pour une promenade pédestre à travers deux circuits balisés qui permettent de découvrir des endroits peu connus. A la sortie de Virton, le centre touristique de la Vallée de Rabais nous accueille avec des oeuvres d'artistes qui ponctuent le circuit Patrimoine et Paysage (qui court jusqu'en France !). Ces oeuvres apportent féerie, magie et romantisme tout au long du Sentier des Songes. Accessible à tous, on peut le parcourir seul ou l'inclure dans une randonnée beaucoup plus longue.

Des surprises à chaque détour

La Gaume, entre tradition et modernité

© Adèle Reuter

Sur environ deux kilomètres, on découvre une succession d'étangs dont les berges et les eaux limpides accueillent des oeuvres d'art. Un clin d'oeil artistique qui ravira les enfants, avec un nain ou une gigantesque coquille d'escargot sculptés dans un arbre mort, par exemple. Le Dragon Wagon, une sorte de voiture crocodile, invite au repos ou au pique-nique. Une autre construction reproduit un ancien débitmètre qui, avec ses petits drapeaux couverts de dictons calligraphiés, vous convie à la rêverie ! "Le sentier des songes est une promenade qui offre une dimension supplémentaire. A chaque détour se cache une surprise", explique Adèle Reuter qui a elle-même réalisé une des installations. Les amateurs de ce genre de promenades animées apprécieront le parcours de deux autres sentiers des songes à Herbaimont et Montmédy, non loin de la frontière française. Le décor, comme celui de la Vallée de Rabais, dévoile une nature d'exception.

Le repaire des Zigomars

La Gaume, entre tradition et modernité

© Xavier Rijs

Tout au bout du chemin, nous rejoignons Le Repaire des Zigomars, un refuge isolé situé au beau milieu des bois, où les traditions sont encore bien ancrées. Chaque dimanche après-midi, de mai à fin septembre, les visiteurs peuvent venir déguster - gratuitement - un cidre local baptisé Zigomar. Ce produit régional est exclusivement vendu ici. Non loin de là, explorez l'arboretum historique de Virton, créé il y a bien longtemps pour reconnaître les essences d'arbres exotiques susceptibles de se plaire en Gaume.

Le retour des vanniers

Si vous préférez les randonnées plus difficiles, empruntez le circuit de la vannerie, long de quatre kilomètres. Ici, d'anciens métiers se présentent sous un jour nouveau. C'est aussi le cas des vanniers qui faisaient la fierté de Saint-Mard (une petite commune de Virton). Cette technique avait été importée par des spécialistes français, qui avaient remarqué que la région comptait de nombreux saules ! En 1980, une fois le dernier vannier disparu, les paniers en plastique ont supplanté la vannerie. Mais c'était sans compter sur la passion de jeunes habitants qui ont rendu à la vannerie ses lettres de noblesse.

La Gaume, entre tradition et modernité

© Fanette Baillieux

La balade qui retrace l'histoire de ce métier oublié vous mènera à travers des endroits pittoresques de la Gaume. Dans et autour de Saint-Mard poussent encore de nombreux saules aux tiges souples, idéales pour la vannerie. "Avant de pouvoir les utiliser, il faut d'abord les sé- lectionner , les laver, les colorer et les sécher soigneusement. Des panneaux affichant de vieilles photographies, prises exactement au même endroit, retracent cette ancienne tradition artisanale. Soyez aussi attentifs au patois gaumais qui accompagne ces panneaux informatifs", souligne la guide Fanette Baillieux, elle-même vannière de la nouvelle génération.

Pas question d'achever notre visite sans découvrir l'église romane de Vieux-Virton, véritable trésor caché. Jadis, la ruelle qui y mène était le théâtre, chaque printemps, d'un atelier en plein air, où femmes et enfants lavaient du matin au soir des rameaux destinés aux vanniers.

Infos pratiques: toutes les infos sur les promenades et les cyclos-randonnées sont disponibles à la Maison du tourisme de Gaume - www.soleildegaume.be

Cet article est paru initialement dans le Hors-Série "Escapades en Belgique" (2015).

Nos partenaires