Il faut laisser les cactus dans le placard de Françoise Kerymer

15/10/10 à 00:00 - Mise à jour à 00:00

Ce roman c'est d'abord l'image du père, un homme froid et replié sur lui-même pour qui les non dits font partie intégrante de son histoire. Ses trois filles se sont éloignées de lui depuis bien longtemps et la mort de leur père les indiffère.

Mais son testament va bouleverser leur vie car à leur plus grande surprise, elles ne sont pas les seules héritières. Marie l'aînée, la plus équilibrée va se lancer dans une véritable enquête pour essayer de comprendre qui était leur géniteur. Anne l'artiste, véritable mangeuse d'homme, va réaliser son rêve le plus fou. Lise, la plus jeune, petite chose fragile et désespérée va s'accrocher enfin à la vie. Les cactus sont sortis du placard, les trois soeurs vont enfin pouvoir choisir librement leurs chemins. Françoise Kerymer nous livre ici un premier roman bien ficelé, agréable à lire et plein de rebondissements, de quoi occuper agréablement un weekend pluvieux.

Il faut laisser les cactus dans le placard de Françoise Kerymer, Lattès, 350 p.

Nos partenaires