Europe : tous ses jardins d'exception !

02/04/09 à 00:00 - Mise à jour à 00:00

En France, au Portugal, en Angleterre, voyagez au coeur d'un monde de fraîcheur !

Où aller ?

- En Angleterre
- En France
- Aux Pays-Bas
- En Allemagne
- En Italie
- Au Portugal

Angleterre : un héritage romantique

Gertrude Jeckyll est la personnalité du XIXe siècle qui a le plus influencé le monde de l'architecture paysagère. Sa maison et son jardin de Munstead Wood, dans le Surrey, ne sont que rarement ouverts au public, mais la célèbre créatrice a dessiné bien d'autres jardins accessibles à tous. Parmi eux, on compte celui de Loseley Park, dont le bâtiment principal (Loseley House) a été construit en 1560 pour la reine Elisabeth I. Le parc d'origine, redessiné par Mrs Jeckyll date lui aussi du XVIe siècle mais a été laissé à l'abandon au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Voici une dizaine d'années, ses propriétaires actuels, Mike et Sarah More-Molyneux, ont entrepris de le restaurer. L'ensemble comprend cinq jardins, présentant chacun un caractère différent. Le jardin de roses qui compte plus de 1.000 rosiers était un cadeau d'anniversaire de Mike More-Molyneux à sa femme Sarah. Il est en pleine floraison vers la fin juin, début juillet. Le jardin aromatique, lui, compte des centaines de plantes médicinales. Le jardin de fleurs est un véritable feu d'artifice de couleurs qui changent au rythme des saisons. Pour un moment de calme et de méditation, direction le jardin blanc romantique avec sa fontaine. En se promenant, il ne faut pas oublier de découvrir le mûrier séculaire, dont on assure qu'il a été planté par la reine Elisabeth Ière ...

Loseley Garden à Guilford (Surrey) est ouvert de mai à septembre

Infos : The Estates Offices Loseley Park - www.loseley-park.com

Retour

France : la ville des roses

Europe : tous ses jardins d'exception !

Le charmant village de Gerberoy figure sur la liste des plus beaux villages de France. Un titre bien mérité pour cette petite bourgade de l'Oise, en Picardie, dont les maisons et les rues pavées sont merveilleuseement fleuries tout au long du printemps et de l'été. C'est le peintre post-impressionniste Henri Le Sidaner qui a découvert Gerberoy en 1901, alors que, sur les conseils de son ami le sculpteur Auguste Rodin, il avait déménagé à Beauvais. L'artiste s'est rapidement mis à peindre des toiles du village et cela a incité ses habitants à y faire pousser des fleurs, tout comme Monet a donné envie aux villageois de Giverny de fleurir leur ville.

Henri Le Sidaner lui-même s'est fait aménager de superbes jardins à l'ombre d'une église. Ils se composent de différents espaces reliés entre eux par des petits chemins qui serpentent entre les arbres. Dans la partie supérieure s'étend le jardin des roses, à proximité d'un ancien château. On peut encore y découvrir l'atelier du peintre ainsi qu'une tonnelle depuis laquelle on jouit d'une vue superbe sur le paysage.

Chaque année, dès les premiers jours du printemps, de nombreux peintres viennent immortaliser l'ambiance féerique de Gerberoy. Le troisième dimanche de juin, on y célèbre la fête des roses qui a vu le jour grâce à Henri Le Sidaner. Son petit-fils perpétue avec passion le rêve de son grand-père...

Jardins Le Sidaner Rue du Logis du Roy 18 à Gerberoy

Infos :www.gerberoy.net et reservation@lesjardinshenrilesidaner.fr

Retour

Pays-Bas : un festival de formes et de couleurs

Europe : tous ses jardins d'exception !

Mien Ruys est une architecte paysagiste de renommée internationale, également très prisée au royaume des tulipes. Son père était un éminent jardinier à qui l'on doit d'ailleurs l'invention des plates-bandes.

En 1973, Mien Ruys a publié un ouvrage qui mettait plus les plantes en valeur que la manière de les planter. Il a remporté un succès tel que l'auteur a appliqué ses idées novatrices dans son propre jardin qu'elle avait créé en 1925. Ne vous attendez donc pas à découvrir un jardin à la française, net et faisant la part belle à la géométrie, mais plutôt un joyeux festival de formes et de couleurs qui explosent en toute liberté.

Le parc comprend 28 jardins expérimentaux au gré desquels Mien Ruys s'essaie à différents mariages végétaux. L'ensemble offre un aperçu chronologique et foisonnant de l'architecture paysagère au XXe siècle, tout en mettant en lumière le cheminement de la créatrice.

Les jardins les plus récents se développent alors que les plus anciens sont soigneusement entretenus. Le jardin sauvage est le premier avoir vu le jour, mais il est tout aussi intéressant que le jardin expérimental doté d'un vaste parterre, le jardin d'eau et ses charmants murets ou encore le jardin en terrasses et ses traverses de chemin de fer.

Tuinen Mien Ruys à 30 km au nord-est de Zwoll

Infos : www.mienruys.nl

Retour

Allemagne : Dieux grecs et nains allemands

Europe : tous ses jardins d'exception !

Weikersheim, dans le land Baden-Württemberg, s'enorgueillit d'un des plus beaux châteaux entouré d'un parc. Jusqu'en 1756, il servait de résidence aux comtes de Hohenlohe. Le palais a vu le jour au XVIe siècle, époque à laquelle il possédait déjà un parc agrémenté de sculptures, de plantes exotiques et de belles fontaines. En 1709, dans l'espoir d'en faire un petit Versailles Teuton, le comte Carl Ludwig a imprimé une forte influence baroque au palais et aux jardins. Après une longue période d'abandon, le land du Baden-Württemberg décide, en 1967, de rendre au domaine sa gloire d'antan. Avec succès, tant l'ensemble a retrouvé de majesté. Les sculptures de (demi-)dieux grecs et romains sont omniprésentes. Parmi les curiosités de l'endroit, la galerie des nains qui accueille des sculptures caricaturales des membres du personnel du château.

Fort de Weikersheim et son jardin Marktplatz 11 à Weikersheim

Infos : Staatliche Schlösser und Museen Schloss Weikersheim - www.weikersheim.de (en allemand)

Retour

Italie : clin d'oeil à l'Histoire

Europe : tous ses jardins d'exception !

Au début du XXe siècle, Tomaso Buzzi était un designer très influent. Lorsqu'il a pris sa retraite, il a acheté l'ancien monastère de Scarzuola, situé en Ombrie, non loin d'Orvieto.

L'église du XIIIe siècle et le cloître sont encore visibles mais Tomaso Buzzi y a aussi créé sa vision de la ville verte idéale, un lieu de rencontre entre la nature et la culture. Il a d'ailleurs consacré vingt ans de sa vie à ce projet. Les monuments en tuf (calcaire) de la Città Buzziana reflètent la fantaisie du designer, tout en adressant un clin d'oeil appuyé à l'art ancien. Avec son labyrinthe de ruelles, de maisons et d'escaliers, l'ensemble a des airs de termitière géante. La ville idéale de Tomaso Buzzi invite les promeneurs à découvrir un arc de triomphe romain, des sculptures de monstres et de figures mythologiques mais aussi la tour de Babel et la Scala de Milan ! Sur ce monde en miniature trône l'Acropole, dominant le paysage somptueux de l'Ombrie.

Il giardino della Scarzuola à Montegabbiano Provincia di Terni, Ombrie.

Infos :www.bellaumbria.net

Retour

Portugal : à la chasse en compagnie du marquis

Europe : tous ses jardins d'exception !

Grandioses et luxuriants, les jardins portugais sont aussi étonnamment intimes. Celui de la Quinta dos Marquês do Fronteira, situé en plein coeur du parc de Monsanto, au centre de Lisbonne, est sans doute l'un des plus remarquables.

C'est en 1640, lorsque les nobles portugais se sont libérés du joug espagnol, que le marquis de Fronteira a fait bâtir un pavillon de chasse dans ce superbe endroit. Au fil des siècles, le site est devenu le lieu de prédilection de la noblesse et des visiteurs étrangers. Un magnifique jardin dessiné dans le style italo-portugais a été aménagé autour du pavillon de chasse, désormais orné de bancs en azulejos, un héritage des voyages d'exploration en Orient. Les azulejos racontent en images colorées des récits de batailles mais aussi des scènes plus paisibles, comme une charmante représentation d'un singe... jouant de la flûte, par exemple.

Le grand bassin central entouré d'arcades baigne dans les couleurs du Sud : terre cuite, turquoise, indigo et jaune citron. En longeant la galerie des rois, on découvre les bustes des souverains portugais installés dans des niches recouvertes d'azulejos...

Quinta dos Marquês do Fronteira Parco de Monsanto, Largo de São Domingos de Benfica 1 à Lisbonne

Infos : Fundacao das Casas de Fronteira e Alorna - Tél. : 00 351 21 778 20 30 ou 00 351 21 778 45 99

Retour

Nos partenaires