Ainsi disparut le Palais de Charles Quint

27/10/16 à 09:27 - Mise à jour à 09:27

Source: Plusmagazine

Bruxelles, 1731. Dans la nuit du 3 au 4 février, un panache de fumée s'échappe du palais du Coudenberg. La demeure des gouverneurs des Pays-Bas méridionaux, chef-d'oeuvre d'architecture célèbre dans toute l'Europe, est en feu. On accuse les cuisiniers d'avoir involontairement déclenché l'incendie. Mais étaient-ils vraiment coupables ?

Au début du XVIIIe siècle, la physionomie de Bruxelles est très différente de celle que nous connaissons aujourd'hui. Au sudest de la ville, là où se trouve actuellement la Place Royale, se dresse alors une petite colline battue par les vents. C'est le Coudenberg - littéralement le "Mont froid" -, sur lequel est érigé le palais des gouverneurs des Pays-Bas méridionaux. Depuis des siècles, les dirigeants brabançons, bourguignons, espagnols puis autrichiens embellissent cette demeure, célèbre dans toute l'Europe pour sa magnificence. Les voyageurs louent le faste de sa gigantesque salle d'apparat, "l'Aula Magna", les proportions exquises de sa chapelle gothique ou encore la somptuosité de ses jardins. De ceux-ci, le peintre allemand Albrecht Dürer dit en 1520 qu'il n'a jamais vu de sa vie "chose plus amusante et plus agréable. C'est comme un paradis". A flanc de colline, on y trouve un vignoble, une orangerie, une volière, un espace pour les tournois, des jeux d'eau et même un parc à gibier !
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 2 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés de Plus Magazine bénéficient d'un accès illimité à tous les articles de Plusmagazine.be.

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires