Le souhait des Belges: la pension à 60,4 ans

08/10/14 à 12:52 - Mise à jour à 12:52

"C'est un fameux défi de convaincre les Belges de la nécessité et des raisons de relever l'âge de la pension", indique Jan Van Autreve, CEO de Delta Lloyd Life, en conclusion de l'enquête nationale sur les pensions.

Le souhait des Belges: la pension à 60,4 ans

© Getty Images/iStockphoto

Il ressort de cette enquête que le Belge a une vision erronée de la réalité en matière de pension et a une faible confiance dans la sécurité sociale. Il est également convaincu que le gouvernement ne fait pas assez pour sécuriser les pensions à long terme. Pour trouver des solutions, il se tourne pincipalement vers les autorités, mais en collaboration avec les employeurs et les entreprises.
La présentation des résultats de cette enquête prend une tournure particulière depuis l'annonce, par les
négociateurs gouvernementaux, d'un accord de principe pour relever l'âge légal de la pension. Celui-ci passera progressivement à 66 ans en 2025 et à 67 ans en 2030.

Une vision erronée

Selon les chiffres de Delta Lloyd Life, il apparaît que les Belges souhaitent prendre leur pension à 60,4 ans. Il y a deux ans, ils se disaient encore prêts à travailler jusqu'à 61 ans. Les indépendants sont toutefois prêts à travailler jusqu'à 62,5 ans. La moitié des Belges pensent quand même qu'on aurait 'assez travaillé' une fois les 59 ans atteints.
Il semble par ailleurs que le Belge a une vision erronée de la réalité en matière de pension. Il surestime l'âge moyen auquel il part à la retraite (60 ans contre 59 ans en réalité) et le nombre d'années qu'il preste effectivement (36,4 ans contre 32,2 ans, l'une des carrières les plus courtes d'Europe). Il pense en outre qu'il dispose encore de 16,9 années après son départ à la retraite. Il s'agit d'une énorme sous-estimation, puisqu'on a en réalité une moyenne de 24,2 ans de retraite. Selon des chiffres de l'Organisation de coopération et de développement économiques datant de 2012, les hommes belges on une retraite d'en moyenne 21,8 années, contre 26,6 pour les femmes. "Cette perception erronée de la réalité en matière de retraite indique que le défi est encore plus grand que l'on pourrait le soupçonner. Rien que pour aligner la réalité à la perception, nous avons encore des années de travail",explique Annelore Van Herreweghe, porte-parole de Delta Lloyd Life.

La sécurité sociale et le système des pensions n'ont pas la confiance des Belges

Le Belge a également peu confiance dans le système de la sécurité sociale et celui des pensions. Soixante-huit pour cent des répondants craignent que la pension légale ne soit pas suffisante ou que le gouvernement soit obligé de la diminuer (62%). Il attend donc des pouvoirs publics qu'ils trouvent une solution. Seul un tiers des sondés pense que travailler plus longtemps peut être une solution. Soixante pour cent des Belges s'appuient presque exclusivement sur la pension légale. Trente-cinq pour cent d'entre eux jugent que c'est uniquement au gouvernement que revient la tâche de garantir leur pension, contre 25% qui pensent que l'employeur ou l'entreprise doit pouvoir y contribuer en partie.

L'employeur également sollicité

En outre, le Belge prend de plus en plus conscience de l'importance de la pension complémentaire, représenté par le deuxième pilier. Ce capital pension complémentaire est constitué via l'employeur. La moitié des Belges sont partisans de rendre la pension complémentaire obligatoire. "Avant tout, le Belge estime que c'est au gouvernement d'apporter les solutions en matière de pension, mais à ses yeux, l'employeur peut aussi faire un effort dans ce sens", souligne Annelore Van Herreweghe.
Le Belge est donc inquiet quant à l'avenir de la pension légale et se rend compte que des mesures supplémentaires sont nécessaires. Seule une minorité (10%) a déjà pris des mesures à titre personnel pour se préparer correctement à la retraite. Les indépendants sont ceux qui, aujourd'hui, fournissent le plus grand effort individuel en matière de préparation à la pension.
L'enquête de Delta Lloyd Life a été menée en ligne auprès d'un millier de Belges âgés de 18 à 64 ans.

Nos partenaires