Le nombre de plaintes reçues par l'Office des Pensions a doublé en 2012

04/03/13 à 16:23 - Mise à jour à 16:23

L'Office national des Pensions (ONP) a reçu 546 plaintes lors de l'année 2012, contre 270 l'année précédente. Le ministre des Pensions Alexander De Croo veut relativiser ce chiffre en soulignant que les plaintes correspondaient à moins de 0,03% de l'ensemble des dossiers de pensions traités.

Le nombre de plaintes reçues par l'Office des Pensions a doublé en 2012

© BELGA

Le nombre de plaintes fondées déposées auprès de l'ONP aurait même augmenté de 163%, d'après des chiffres que Sigfried Bracke a obtenu du ministre des Pensions Alexander De Croo.

Le Service des pensions du secteur public (SdPSP), ne dispose, quant à lui, pas de système de dépôt de plainte.

Sigfried Bracke estime que l'augmentation des plaintes découle de l'incertitude juridique accrue, qui est une conséquence de la complexité du système des pensions. Le député déplore par ailleurs que le SdPSP ne dispose pas d'un service pour réceptionner les plaintes.

La réforme des pensions élaborée par le gouvernement Di Rupo est entrée en vigueur au début de l'année 2012. Les principaux changements concernaient notamment l'âge minimum et les conditions d'accès aux prépensions ou encore la prise en compte des périodes assimilées.

Le ministre relativise

"Les changements concernant le régime des pensions

ont logiquement entraîné une augmentation du nombre de questions que se posent les gens à ce sujet", a indiqué le ministre des Pensions Alexander De Croo. L'ONP a en effet reçu 546 plaintes lors de l'année 2012, contre 270 l'année précédente. Le ministre a toutefois relativisé ce nombre en soulignant que les plaintes correspondaient à moins de 0,03% de l'ensemble des dossiers de pensions traités.

La réforme des pensions élaborée par le gouvernement Di Rupo est entrée en vigueur au début de l'année 2012. Les principaux changements concernaient notamment l'âge minimum et les conditions d'accès aux prépensions ou encore la prise en compte des périodes assimilées. "Ces réformes sont nécessaires pour renforcer le système actuel et faire face au vieillissement de la population", a précisé le ministre. "Il est tout à fait logique que ces changements entraînent des nouvelles questions chez les personnes concernées."

Nos partenaires