Le gaz : bientôt moins cher pour quelques milliers de belges ?

25/10/17 à 13:28 - Mise à jour à 02/11/17 à 10:31

258.000 Belges bénéficient aujourd'hui du tarif social du gaz, qui leur permet d'économiser plusieurs centaines d'euros par an. Plus de Belges encore pourraient en bénéficier.

Le gaz : bientôt moins cher pour quelques milliers de belges ?

© Thinkstock

Avec la température qui baisse dehors, on rallume le chauffage chez soi. Comme chaque année, de nombreux Belges souffriront plus ou moins fortement de précarité énergétique. Selon la dernière étude menée à ce sujet par la Fondation Roi Baudouin, 21% des Belges étaient concernés par cette précarité qui a plus de risques de toucher les personnes isolées et les familles monoparentales. 14,5% des ménages étaient confrontés à une facture énergétique trop élevée par rapport aux revenus disponibles, 3,9% des ménages consommaient trop peu d'énergie pour couvrir leurs besoins de base et 5,1 % des ménages craignaient de ne pas pouvoir chauffer suffisamment leur habitation.

Le vice-Premier et ministre de l'Economie et des Consommateurs semble l'avoir compris : il a demandé à la Commission de Régulation de l'Électricité et du Gaz (Creg) d'évaluer une extension des conditions d'accès au tarif social du gaz (jusqu'au 31 janvier prochain, 2,930 cents par kWh). Nos confrères du journal Le Soir ont pu consulter l'avis de la Creg, qui s'avère favorable à la mesure proposée par Kris Peeters. Il s'agit d'étendre les critères d'accès au tarif social aux résidents d'un immeuble à chaudière au gaz collective appartenant entre autres à une agence immobilière sociale (AIS) ou à un fonds du logements. Jusqu'ici, pour en bénéficier, il fallait résider dans un appartement chauffé par une installation collective de chauffage au gaz, appartenant à l'un des fonds du logement régionaux (wallon, bruxellois ou flamand). 1.853 appartements seraient concernés, soit 5.000 personnes. Le coût évalué ? 472.515 euros à charge du "fonds clients protégés gaz" alimenté par les clients payant le tarif normal. Actuellement, ils paient chacun 11,15 euros.

Une autre piste est d'inclure également certains CPAS gérant une chaudière collective au gaz à des fins sociales, plusieurs milliers de Belges en bénéficieraient aussi. Selon les propos recueillis par Le Soir, la Creg estime que le coût de ces logements publics aurait une répercussion minime (85 cents) sur les consommateurs de gaz au tarif normal. Mais avant que cette solidarité ne devienne réalité, il faudra encore être patient. Kris Peeters doit encore se concerter avec les Régions et soumettre la mesure notamment au contrôle budgétaire belge.

Nos partenaires