Des aides pour les aidants proches

17/09/12 à 13:24 - Mise à jour à 13:24

On peut tous être appelé à s'occuper d'une personne fragilisée : enfant malade, proche accidenté et/ou handicapé, personne âgée. On devient alors " aidant proche ". Les aidants proches représentent d'ailleurs 10% environ de la population belge.

Si certains ne consacrent que quelques heures par semaine à cette tâche, c'est pour d'autres une occupation à temps plein, 24 heures sur 24. Heureusement, aide et soutien ne manquent pas et ilest essentiel que les aidants proches disposent d'un maximum d'informations sur toutes les formes d'aide qu'ils peuvent obtenir!

Aides à domicile

  • Des infirmiers ou infirmières viennent à domicile pour effectuer différents soins(toujours sur prescription médicale) : piqûres, pansements, toilette des personnes dépendantes et tout autre soin exigé par leur état de santé. Plusieurs pistes sont possibles pour vous assurer leur aide : la mutualité, le CPAS, la croix Jaune et Blanche, un centre de coordination indépendant (Association des centres de coordination de soins et services à domicile, 071 33 11 55, www.federation-accoord.be). Et vous pouvez aussi bien sûr faire appel à un(e) infirmier/infirmière indépendant(e) de votre région.
  • Les aides familiales vous interviennent dans de nombreux actes de la vie quotidienne : entretenir la maison, préparer les repas, faire les courses mais aussi s'occuper de l'hygiène et du confort, des démarches administratives... Pour en savoir plus, vous pouvez commander la brochure L'aide familiale à l'Association des services d'aide aux familles et aux personnes âgées (AsSaf ), 02 735 24 24 ou la télécharger sur http://socialsante.wallonie.be.

Aide financière

Les personnes en perte d'autonomie bénéficient de nombreux avantages financiers : allocations familiales majorées, allocation d'intégration et/ou de remplacement de revenus, ou allocation pour l'aide aux personnes âgées, ainsi que des avantages sociaux et fiscaux qui découlent de cette reconnaissance (réduction d'impôts, avantages fiscaux sur véhicules, carte de stationnement, tarif social pour le téléphone, le gaz et l'électricité, exonération de la redevance télévision, etc.). Des avantages dont l'aidant proche résidant sous le même toit que la personne aidée peut parfois aussi profiter. Pour l'aidant proche lui-même, il n'y pas vraiment de soutien financier prévu... mais on y travaille

Au niveau fédéral

  • Moins d'impôt

Si vous accueillez chez vous un (grand-)parent, un frère ou une soeur dont les revenus sont limités, cette personne peut être considérée comme à charge. Ce qui vous fait bénéficier d'une quotité exemptée plus importante. Infos : SPF Finances, 02 572 57 57, www.minfin.fgov.be.

  • Proposition de loi pour une indemnisation des frais

De nombreux aidants sont des volontaires : volontaire qui fait les courses un résident âgé de la commune, volontaire qui garde une personne dépendante lorsque l'aidant proche doit s'absenter... Et pour de tels services, un volontaire a droit à une indemnité forfaitaire. Mais en fin de l'année, il ne peut souvent plus les prodiguer parce qu'il a atteint le plafond autorisé de 1.257,51 ? par an (31,44 ? par jour maximum). S'il le dépasse, il doit payer des cotisations et l'impôt sur la totalité de l'indemnité perçue.

La députée Sonja Becq et les sénateurs Dirk Claes et Cindy Franssen ont introduit une proposition de loi visant à doubler cette indemnité.

Au niveau régional

  • Les Régions interviennent dans le cadre de l'aménagement du logement, sous forme soit de primes uniques, soit d'aide récurrente. Elles dépendent de la Région : Wallonie : 0800 11.901, Bruxelles : 0800 40 400.
  • En Flandre, la " Zorgverzekering " (assurance soins) est une assurance obligatoire (25?) pour tout adulte âgé de 26 ans et plus. En situation de dépendance, l'assuré a droit une allocation mensuelle qui couvre des frais non médicaux. A Bruxelles, les personnes peuvent cotiser librement sous certaines conditions.

Au niveau communal

  • Certaines communes proposent une prime aux aidants proches, mais elle est loin d'exister partout. Le mieux est donc de prendre contact avec votre administration communale. Chaque commune a ses propres règles et ses propres conditions (par exemple, uniquement pour l'aidant roche de 65+, pour un parent aidant proche...).
  • Si les moyens financiers disponibles sont vraiment limités ou les frais trop importants, il est possible de faire appel au CPAS.

Aide technique

  • Matériel Les nombreuses aides techniques qui existent sur le marché peuvent redonner une certaine autonomie à la personne aidée et ainsi, soulager la personne aidante.

En fonction de l'état de dépendance de la personne que vous aidez, vous devrez certainement recourir, à un moment ou l'autre, à du matériel spécialisé (lève-personne, aménagements de salle-de-bain, lit électrique, chaise roulante, béquilles...).

Vous pouvez louer ce type de matériel auprès du service de prêt de votre mutualité, dans votre section locale de la Croix-Rouge, chez certains bandagistes ou dans certaines pharmacies. Selon l'organisme prêteur, on peut vous demander une garantie, une participation aux frais ou des frais de location. N'hésitez pas à comparer les offres de plusieurs organismes prêteurs.

  • Technique Aider une personne dont l'autonomie est limitée demande des gestes d'assistance dans la vie quotidienne. L'aidant a tout intérêt à connaître certaines techniques de manipulation pour s'éviter fatigue et surcharge musculaire. Le Centre indépendant d'aide sociale (CIAS) l'a bien compris et publie une brochure expliquant, croquis à l'appui, les principales règles de manutention : Aider en toute sécurité.Vous pouvez obtenir gratuitement un exemplaire papier au( 071 20 48 30 ou la télécharger sur http://bienvivrechezsoi.be

Aide psychologique

  • En tant qu'aidant, vous devez pouvoir vous accorder un répit en confiant la personne dépendante à un tiers, que ce soit à domicile ou non et pour une durée variable : court séjour, après-midi de détente, séjour de quelques jours à quelques semaines en maison de repos. En Région wallonne, certaines maisons de repos réservent des lits à l'accueil temporaire. En Région bruxelloise, cette formule n'existe pas officiellement mais peut être négociée. Dans le domaine du handicap, l'AWIPH (voir encadré Adresses) a créé une base de données des services de répit en Wallonie.
  • Le service de garde à domicilede personnes en perte d'autonomie est généralement organisé par un centre de coordination ou par un service d'aide aux familles. Comme la profession de garde-malade n'est pas réglementée en Région bruxelloise, les conditions et les tarifs peuvent varier. En Région wallonne, un décret reconnait le métier. Les centres de coordination et les mutualités peuvent vous renseigner sur les services accessibles localement. Vous pouvez aussi trouver sur le site http://socialsante.wallonie.be.

Adresses à ne pas manquer...

...pour organiser l'assistance dont vous avez besoin, qu'elle soit d'ordre médical, financier ou social.

  • Toutes les adresses des mutualités se trouvent sur www.inami.be. Elles disposent d'un service spécifique où vous trouverez quantité d'informations (infirmières à domicile, location de matériel, garde-malade...).
  • Croix-Rouge de Belgique : 96 rue de stalle, 1180 Bruxelles, 02/371.31.11, www.croix-rouge.be
  • Fédération des centrales de services à domicile : 5, chaussée de Bruxelles, 1300 Wavre,

010 84 96 40, www.fcsd.be

  • L'asbl Aidants proches, 4 route de Louvain-La-Neuve, 5001 Belgrade, 081/30.30.32, www.aidantsproches.be. Elle édite "Le Guide d'aide aux aidants" que vous pouvez obtenir en version papier à : Aidants proches asbl, 98, rue de l'Aurore, 5100 Jambes, 081 30 30 32 ou le télécharger sur son site.
  • SPF Sécurité Sociale, Direction Générale Personnes Handicapées : 02/507.87.99, www.handicap.fgov.be.

Nos partenaires